Tribute to San Francisco #1

C’était mon deuxième séjour à San Francisco cette année et non, rien à faire, je n’aime pas vraiment cette ville. Déjà, est-ce qu’on pourrait arrêter de nous faire croire qu’il fait tout le temps chaud en Californie ? Parce qu’en réalité on se les pèle grave et d’expérience, ça ne s’arrange pas avant d’atteindre Los Angeles. La ville est néanmoins très jolie, mais bon courage si vous avez l’intention de vous rendre dans n’importe laquelle des adresses suivantes en transports en commun. Louez un Segway, je sais pas, mais ne prenez surtout pas le tramway. 

+ THE CLAM CHOWDER

image

Cette soupe de fruits de mer bien crémeuse servie dans son petit bol de pain est délicieuse, et on peut en manger un peu n’importe où autour de Fisherman’s Wharf. C’est blindé de touristes français mais si vous fermez les yeux et que vous vous concentrez sur les cris des mouettes, ça passe.

Fisherman’s Wharf

+ BOOGALOOS

image

Parfait pour prendre le petit-déjeuner avant d’aller explorer Mission et Valencia. (J’ai mis une photo d’assiette vide pour montrer que c’était très bon et qu’on a tout mangé.)

Boogaloos - 3296 22nd Street

+ ZAZIE

image

Aucun des œufs Bénédicte que nous avons mangés par la suite n’a égalé ceux de chez Zazie.

Zazie - 941 Cole Street

+ LA TAQUERIA

image

On pourra reprocher à cette taqueria de ne pas être allé chercher son nom bien loin, mais pas la qualité de ses tacos et burritos.

La Taqueria - 2889 Mission Street

+ THE ICE CREAM BAR & SODA FOUNTAIN

image

Si vous avez l’intention d’aller goûter dans ce bar à glace décoré comme dans les années trente, prévoyez de commencer à jeûner dès le matin. Il serait dommage que vous n’ayez plus assez faim pour y prendre deux boules (crème fraîche et basilic pour moi, un délice).

The Ice Cream Bar - 815 Cole Street

+ VINTAGE SHOPPING

image

Toutes les friperies cool (Painted Bird, Afterlife, No…) se trouvent dans Valencia Street.

+ PAXTON GATE

image

Le plus beau magasin de la ville, sans aucun doute. Bon d’accord, tout le monde ne veut pas rapporter un bébé requin en bocal comme souvenir ou acheter un livre sur les maladies les plus dégueu de l’histoire, mais ça vaut quand même le coup d’œil.

Paxton Gate - 824 Valencia Street 

+ PARTY CITY

image

On est tombé sur cette grande surface entièrement dédiée à l’organisation d’anniversaires, Halloween ou autres baby showers - autrement dit LE PARADIS -  par hasard en cherchant un bureau de poste. J’y ai passé un moment merveilleux, y ai dépensé 200$ en merdes et je n’ai AUCUN REGRET. 

Party City - 1685 Bryant Street

+ JAPANTOWN

image

Le quartier japonais est un peu excentré mais il abrite un super mall dans lequel on peut trouver librairies, papeteries, photomatons et tout le tralala. J’y ai même trouvé le guide Hello Kitty du Japon que j’avais hésité à acheter à l’aéroport d’Osaka et sur lequel je n’avais jamais réussi à remettre à nouveau la main.  

Japantown

+ THE ARMORY STUDIOS

image

J’ai raconté ma visite de cet ancien arsenal reconverti en studio porno BDSM ici.

The Armory Studios - 1800 Mission Street

Tribute to myself #1

Les différents modèles météorologiques sont unanimes : le mois de septembre aura été le plus pourri pour mon moral depuis quelques années. Néanmoins, il m’est arrivé 2/3 trucs cool que je ne vais pas me priver de partager ici. Et je reviens bientôt avec des photos de ce que j’ai mangé aux États-Unis (pour tout vous dire, j’en étais arrivée au point où j’avais oublié l’existence même de la sensation de faim).

image

Malgré mes promesses, impossible de me résoudre à arrêter de vous bassiner avec Berlin. J’ai eu l’occasion d’étaler une nouvelle fois mon amour pour la capitale allemande, cette fois-ci sur papier, dans le dernier numéro du magazine Paulette. Je l’ai envoyé à ma grand-mère alsacienne qui m’a dit il y a deux jours au téléphone : “Pour nous, avec ce qu’il s’est passé, il est impossible de pouvoir imaginer aimer Berlin”.

imageimageimage

Changement du sujet.

image

Le 22 août à 18h, j’ai eu la chance de pouvoir pénétrer dans l’antre des célèbres studios Kink à San Francisco (ne cliquez pas si vous êtes mineur ou alors ne dites pas que vous venez de ma part, j’ai pas tellement envie d’aller en prison) et j’ai aussi eu le privilège de pouvoir raconter ma visite sur Le Tag Parfait. Pour la préparation de cet article, je me suis tapé la lecture de la fiche des monuments historiques en entier, ce qui m’a rappelé les plus belles heures de mes cours d’histoire du patrimoine, alors rien que pour ça vous devriez aller le lire.

Telle une blogueuse mode, je vous fais des bisous. Je ne sais pas vraiment qui vous êtes mais vous m’avez manqué.

Où est l’uncool cette semaine ? #4

image

+ Mardi, je décolle pour les États-Unis. J’ai prévu de beaucoup manger, de visiter les Armory Studios, d’aller dans des strip clubs vegan, de faire du vélo et de ne mettre les pieds que dans un seul musée - j’ai hâte. Vous pourrez suivre tout ça sur Instagram, et j’en parlerai bien entendu ici à mon retour.

image

Non, pas toi.

+ Parce que les Vans sont plus sexy que les talons et que le monde doit savoir, j’ai ouvert Vans Porn, le tumblr des gens sexy en Vans. Vous pouvez y soumettre vos photos comme Louise, Sabrina, Cyril ou moi-même

+ Je ne sais pas trop pourquoi j’ai regardé Umshini Wam - le court-métrage de Harmony Korine avec Die Antwoord - il y a deux jours seulement alors que j’avais l’onglet ouvert depuis six mois, mais vous devriez en faire autant si vous aimez le premier et/ou les deuxièmes. C’était aussi pour moi l’occasion de confirmer que Yo-Landi peut émettre des sons à des fréquences seulement audibles par les chiens.

image

Allez, BIG UP et bonnes vacances !

Berlin, la suite de la suite de la suite

Allez, je parle une dernière fois de Berlin avant de m’envoler pour les États-Unis et après, PROMIS, j’arrête. Voilà un petit top 6 de mon dernier voyage accompagné de quelques adresses à ajouter à mon guide.

+ PRIMARK. Les choses importantes d’abord. Je ne sais pas pourquoi je découvre seulement maintenant que l’enseigne est présente à Berlin (sans doute parce que le magasin n’a ouvert qu’en juillet 2012, note à moi-même) mais je ne vous cache pas que mon compte en banque aurait préféré que je reste dans l’ignorance. 

Primark - Walther-Schreiber-Platz 1, 12161 Berlin

imageimageimageimage

+ LE BARBECUE JETABLE. Si c’est pas la meilleure invention du siècle, je vois pas (surtout quand la meilleure invention du siècle coûte seulement 2,50€ chez Lidl) C’est un peu dur à allumer quand il y a du vent mais manger des saucisses dans un parc au coucher du soleil, ça n’a pas de prix. Nous avons jeté notre dévolu sur une zone réservée aux barbecues dans l’ancien aéroport de Tempelhof, juste à côté de la partie transformée en jardin communautaire (entrée du côté d’Oderstrasse).

+ KATERHOLZIG. Ce club installé dans une ancienne savonnerie au bord de la Spree est le successeur du feu et fou Bar25. Ça annonce la couleur. 

Katerholzig - Michaelkirchstrasse 23, 10179 Berlin

imageimage

+ AVRIL. Les endroits pour prendre un bon petit-déjeuner sont légion à Berlin mais celui-là, découvert par hasard dans Kreuzberg, a été plus qu’une bonne surprise. Les assiettes coûtent en moyenne 6€ et débordent bien comme il faut. 

Avril - Graeferstrasse 83, 10967 Berlin

imageimage

+ LES STATIONS DE MÉTRO DE LA LIGNE U7. Si vous avez l’occasion de l’emprunter, elles valent le coup d’œil. 

imageimage

+ LE PÉDALO À TREPTOWER PARK. Au coucher du soleil de préférence. C’est là aussi que vous trouverez le Burger King le plus romantique de l’univers, pensez-y si vous partez en amoureux (ça me fait plus rêver qu’un dîner aux chandelles, je laisse ça ici au cas où).

image

J’ai cherché “Burger King romantic” dans Google pour voir.

F U N F A I R

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Les ruines du jardin tropical

Les retours de Berlin sont de plus en plus douloureux au fur et à mesure que mon dégoût pour Paris s’enracine, mais je me suis promis à moi-même de ne jamais perdre mon enthousiasme. J’ai besoin de me dire que quel que soit l’endroit où je me trouve (Berlin ou Boulogne), l’aventure commence en bas de chez moi. La preuve : il suffit de faire quelques stations en RER pour se retrouver au milieu des ruines du Jardin d’Agronomie Tropicale de Paris, au Bois de Vincennes.
Créé à l’extrême fin du XIXème siècle, il a d’abord été une sorte de laboratoire de plantes exotiques destiné à accroître les productions dans les colonies. À l’occasion de l’Exposition coloniale de 1907, six villages y sont reconstitués - habitants compris - dans le but de faire découvrir aux métropolitains les us et coutumes des Touaregs, des Malgaches ou des Indochinois. Le site hébergera ensuite un hôpital ou encore l’École d’agronomie tropicale avant d’être laissé à l’abandon. Aujourd’hui propriété de la Ville de Paris, le jardin est ouvert au public depuis 2007, mais les bâtiments n’ont pour la plupart pas été restaurés et la végétation y est entretenue au minimum - pour le moment. Profitez des serres éventrées et débordantes d’orties avant que les élus ne décident de régler son sort à la nature.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Le Jardin d’agronomie tropicale sur Atlas Obscura, via Marie-Pierre Duncan de Villa Morel


Un jardin exotique à Paris par mairiedeparis

Tribute to Berlin #3

À mon retour de Berlin la semaine dernière, plusieurs personnes m’ont fait remarquer que “c’est un peu bizarre d’aller à Berlin l’été, non ?”, et ce n’était pas la première fois. Naïves que vous êtes ! Avec ses grands espaces verts, ses lacs, ses clubs en plein air et ses pintes de bière/Fanta à 3€, Berlin est la capitale idéale pour passer la saison - sans compter les petits-déjeuners qui s’éternisent en terrasse et les couchers de soleil flamboyants. J’ai du mal à trouver les mots pour expliquer pourquoi j’aime autant cette ville pas très belle alors je vous laisse avec quelques photos prises avec mon Yashica à un seul bouton acheté 5€ à un vide-grenier, et je reviens bientôt avec quelques adresses pour compléter mon guide.

PS : Allez aussi faire un tour sur les tumblr de shoegazingcat et iamp, mes copines de voyage.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Tribute to Berlin #1
Tribute to Berlin #2

Le DIY des crevards #2 : Le guide de voyage gratos

image

Voyager, ça coûte déjà un peu cher, alors on se passerait bien d’investir en plus dans un guide à 15€, surtout quand on a l’intention de visiter plusieurs villes et qu’il faut multiplier ce chiffre par 3 ou 4. Et puis qui a envie de se trimballer la Bibliothèque d’Alexandrie dans sa valise ? C’est déjà bien assez difficile de caser 5 paires de pompes, oh, et on n’est pas le genre à se trimballer avec un Kobo à la main, faut pas déconner. Quant au Guide du Routard exhibé fièrement, c’est un peu comme le sac à dos Quechua : c’est pas avec ce genre d’accessoire que je vais réussir à faire croire à cet Allemand sexy que je suis brésilienne. 

Malgré tout, on a quand même souvent besoin d’au moins un de ces guides pour préparer son voyage et se repérer un peu, parce que les potes nous donnent plein de tips très cool mais ils sont gentils, ils se souviennent jamais de l’adresse et sont incapables de se repérer sur une carte. 

Alors “what is the solution?”, comme dirait ma blogueuse mode préférée. Tout simplement de fabriquer votre guide vous-même et gratuitement. Une alternative ludique qui vous fera passer un bon moment en famille.

LE MATÉRIEL

imageColle : Carrefour - Stylo : La Poste - Plateau : Ikéa

Le but est bien entendu de ne pas dépenser un rond. Je sais bien que vous avez tous un boulot épuisant pour lequel vous êtes payés comme des sous-merdes alors faites-vous un peu justice en allant piocher discrètement dans le placard des fournitures à la pause-déjeuner.

- Un guide touristique emprunté à la bibliothèque
- La photocopieuse de votre boulot
- Des ciseaux à bout rond*
- De la colle
- Un cahier de la taille de votre choix
- Des feutres, des autocollants, du masking tape, des paillettes, du papier crépon
- Une escalope de veau

* À utiliser sous la surveillance d’un adulte.

COMMENT PROCÉDER ?

image

Attention, c’est hyper technique, soyez attentifs. 

1) Photocopiez les pages du guide qui vous intéressent. Pas le guide en entier parce que c’est interdit et ici on respecte la loi OKAY ? Bon.

2) Découpez les pages.

3) Collez-les dans le cahier que vous avez récupéré.

4) Décorez-moi tout ça sinon c’est un peu triste (oui, vous avez fait des photocopies en noir et blanc et pas en couleurs, le but n’est pas non plus que votre entreprise dépose le bilan, vous seriez au chômage). Vous pouvez également ajouter les tips foireux de vos potes. 

image

Oh mais non enfin !

Attention, c’est là que ça se corse.

5) Ouvrez GIMP (c’est gratuit) ou Photoshop.

6) Prenez votre meilleur pinceau et recopiez la couverture du guide comme aux plus belles heures de Paint. Vous pouvez également faire cette étape à la main si vous n’êtes pas très habile de la souris.

imageQuel talent.

7) Imprimez votre couverture en couleurs sur du bristol (c’est bon, c’est juste une page, vous avez le droit d’utiliser des produits de luxe).

8) Collez-là sur votre cahier.

Et voilà les crevards, c’est terminé !

image

Les autres DIY des crevards :
Le bonnet Comme des Fuckdown
Le jean de clochard

Tribute to Berlin #2

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

© Emeline Ancel-Pirouelle

Lire mon petit guide de Berlin.

Voir le Tribute to Berlin #1.

J’aime pas les musées

image

Malgré cinq ans d’études en histoire de l’art et un peu de bonne volonté, il faut bien que je me rende à l’évidence : j’aime pas les musées. La plupart d’entre eux m’ennuient à un point inimaginable et je n’ai souvent qu’une hâte : aller acheter des cartes postales débiles à la librairie. Un peu par honnêteté envers moi-même, un peu par lâcheté, j’ai décidé d’arrêter de faire semblant, surtout parce que je refuse de passer un tiers de mes voyages à prétendre m’intéresser au mausolée d’art médiéval du coin juste parce que c’est un “passage obligé”. Je préfère de loin aller visiter un supermarché, sans blague (par exemple, dans mon cœur, le Museum of Modern Art de San Francisco ne fait pas du tout le poids face au Walmart de Joshua Tree à 22h).

Néanmoins, quelques musées ont su me garder éveillée (notamment ceux avec des animaux morts), et j’y retourne souvent et avec plaisir. En voici la liste. Si vous avez des suggestions de musées rigolos, je suis preneuse.

image

+ Les Galeries de Paléontologie et d’Anatomie comparée du Muséum d’Histoire naturelle (Paris). En plus d’une chouette collection de squelettes et d’animaux en bocaux, ces galeries à moitié à l’abandon possèdent la scénographie la plus ringarde de tout Paris (les cartels sont toujours écrits à la plume), et la façon dont les objets sont présentés est aussi intéressante que les objets eux-mêmes. Je ne sais pas si c’est volontaire ou par manque de moyens, mais cette muséographie fossilisée est tout ce qu’il y a de plus charmant.

image

+ Le Musée de la Chasse et de la Nature (Paris). J’y vais aussi pour les animaux morts et la scénographie mais là, pour le coup, cette dernière est un modèle du genre : animaux empaillés et œuvres d’art contemporain cohabitent en harmonie dans ce petit hôtel particulier aux airs de cabinet de curiosité.

image

+ Le Musée Fragonard de l’École Vétérinaire d’Alfort (Maisons-Alfort). Encore des squelettes et des fœtus hydrocéphales en bocaux, youpi !

image

+ Le Museum für Naturkunde (Berlin). Comme je l’avais déjà mentionné ici, ce musée possède la plus grande collection d’animaux en bocaux du monde. On ne peut en voir qu’une partie mais c’est déjà très impressionnant

image

+ Le Buchstaben Museum (Berlin). J’avais aussi parlé de cette caverne d’Ali Baba des enseignes dans mon article sur Berlin. Ce musée est tout petit et pas très bien rangé - en un mot : parfait.

image

+ Le Computerspiele Museum (Berlin). Parce que c’est toujours mieux quand on peut toucher.

+ Lublin Museum of Rural Life (Pologne). Allez quoi, c’est les vacances, qui a envie de rester enfermé ? Les musées en plein air c’est quand même plus sympa, surtout s’il pleut des cordes.